Groupe Rissois d'Histoire Locale (GRHL)

Visites ->> L'Aunette ->> Ru de l'Ecoute s'il Pleut



Mon Compte

Participez aux questions sur le site

 
Mot de passe perdu ? - Inscription

Poser une question ?

Vous devez être inscrit sur notre site pour participer au Question/Réponse. inscription

Rechercher

X

Agenda

L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30  

Ru de l'Ecoute s'il Pleut


Les mots clés :

- - Culture

Il n'y a pas d'autres photos pour le moment...

Le ru de "l'Ecoute s'il pleut" n'est pas, comme on pourrait le croire, un ruisseau naturel. Il a été creusé d'homme pour capter toutes les eaux de sources et pluviales du plateau d'Orangis et les diriger vers la Seine.
Les terrains très argileux conservaient ces eaux en surface, ce qui avait pour effet de gâter les cultures, d'où l'idée de creuser une tranchée destinée à assainir les terres.
Bien avant la Révolution les paroisses de Ris, Orangis, Bondoufle et Courcouronnes s'associent pour le creusement de ce fossé.
Plusieurs appellations ont été données à ce ruisseau: "la grande vidange"; "le grand fossé de Bondoufle"; le ru "il coule s'il pleut" et enfin "l'Ecoute s'il Pleut".
Louis Aragon, dans son roman "La semaine Sainte", évoque les cent jours où des généraux de Napoléon 1er cherchent à rejoindre l'Empereur. Les troupes stationnent alors auprès d'une "sorte de ruisseau".
Le lieutenant Dieudonné se rappelle en avoir demandé le nom à un paysan réveillé, à demi nu, qui s'était mis à sa fenêtre pour voir passer les soldats, et qui lui répondit: on l'appelle: "Ecoute s'il Pleut".

Questions - Réponses